Reperes biographiques et principales expositions

Anna-Eva Bergman

Repères biographiques et principales expositions

1909

Anna-Eva Bergman naît à Stockholm le 29 mai 1909, de Broder Julius Gustafsson Bergman, ingénieur suédois (1877-1959), et d’Edvardine Magdalene Margarete née Lund, dite Bao, norvégienne, diplômée de gymnastique orthopédique (1878-1966). Ses parents se séparent six mois  après sa naissance et sa mère la ramène en Norvège dans le comté de Hardanger, berceau de sa famille. 

1910-1928 

1910AEBGRANDPÈRE01

Anna-Eva et son Grand-Père, 1910

1913AEBBAO01

Anna-Eva et sa mère Bao, 1913

Inger et Hilda

Inger et Hilda Lund 

Le père de Bao meurt en 1911. Anna-Eva a deux ans. Sa mère la confie à deux de ses sœurs, Inger et Hilda Lund, et part travailler en Angleterre. L’enfant, venue la rejoindre, supporte mal le climat, souffre de bronchite et doit rentrer en Norvège. Elle est alors confiée à une troisième sœur de sa mère, Sara, mariée avec Daniel Tønnessen, militaire de carrière. Ils vivent d’abord à Fredrikstad, puis dans les environs d’Oslo. Anna-Eva reste chez eux de l’âge de trois ans jusqu’à quinze ou seize ans.

Sa mère lui rend de rares visites et rentre en Norvège lorsque sa fille a douze ans. Très absorbée par son travail, elle ne la voit que les week-ends pour plusieurs années encore.

Très tôt, Anna-Eva montre un sens de l’humour et un goût de la satire qui se déploieront plus tard dans ses caricatures et ses illustrations. Ce qu’elle aime par-dessus tout, c’est le dessin. Ses dessins, représentant en général des personnages, sont tracés avec fermeté et frappent par la  drôlerie et la précision de l’observation. Elle raconte qu’enfant elle adorait inventer des histoires, qu’elle dessinait faute de savoir écrire.

003-66[1]

Fru Juel og Bosse, 1923, mine de plomb et encre sur papier

1925-1927

Etudes à l’Ecole des Arts Appliqués à Oslo.

1927-1928

Académie des Beaux-Arts d’Oslo.  

Anna-Eva entre dans la classe du Professeur Revold. Un an plus tard, sa mère, qui veut poursuivre à Vienne ses études d’orthopédie, l’emmène avec elle en Autriche.

aeb Stockholms högskolas studentforening 1927

Anna-Eva Bergman Stockholm, 1927 

1928-1929

Trois mois à l’école des arts appliqués de Vienne, la Kunstgewerbeschule, dans la classe du professeur Steinhof. Maladie. Convalescence en France.

A Vienne, Anna-Eva s’enthousiasme pour l’enseignement du Professeur Steinhof, qui a le don de mettre en valeur les qualités individuelles de chacun  de ses élèves. Elle peut satisfaire sa soif de liberté et d’expérimentation, qui seront par la suite le fondement de son œuvre. Elle dira plus tard avoir plus appris avec Steinhof qu’elle ne le fit jamais. Cette période merveilleuse est stoppée net par la première manifestation des graves troubles digestifs qui la tourmenteront toute sa vie.

1929MARIAGE010

Anna-Eva Bergman et Hans Hartung, mariage, 1929

1929

En avril 1929, après une convalescence sur la Côte d’Azur avec Bao, Anna-Eva arrive seule à Paris. Elle s’inscrit à l’Académie privée du peintre André Lhote, et trouve ennuyeux son enseignement autoritaire et restrictif. Mais dès mai 1929 elle rencontre Hans Hartung, les jeunes gens se fiancent à Dresde dès le 29 juin, malgré la désapprobation de Bao. Ils passent l’été à Leucate et se marient le 28 septembre en Allemagne. Ils s’installent à Dresde chez le père de Hans, le Docteur Hartung.

Hiver 1930-1931 

Séjour à La Colle-sur-Loup, sur la Côte d’Azur.

1932 

Première exposition personnelle à la Galerie Heinrich Kühl à Dresde. Première exposition en Norvège à la Galerie  Blomqvist à Oslo (avec Hans Hartung).Séjour dans l’île de Homborøya. Mort du Docteur Hartung. Dresde. Paris. 

L’exposition d’Anna-Eva suit celle de Hans à la Galerie Kühl à Dresde. Quelques mois plus tard, ils exposent ensemble chez Blomqvist à Oslo et  vendent assez de tableaux pour s’offrir un séjour sur la côte sud de la Norvège. Ils louent une maison dans l’île de Homborøya et y passent un été heureux.

Le 23 septembre, la mort du Docteur Hartung interrompt brutalement cette idylle. Ils rentrent à Dresde et en repartent fin octobre pour Paris, fuyant une Allemagne où déferle le national-socialisme. Le Docteur Hartung n’a laissé qu’un modeste héritage : L’insouciance matérielle est finie. A Paris, ils s’installent chez Bao qui y a ouvert avec quelque succès un cabinet de gymnastique orthopédique. Bao propose aux jeunes gens d’aller vivre  en Espagne, l’un des pays les moins chers d’Europe. C’est ainsi qu’ils partent pour Minorque à la fin de 1932.

Sans titre

Homborøya, 1932

1932AEBNorvège

Anna-Eva Bergman, Homborøya, 1932

1932-1934

Anna-Eva et Hans vivent dans l’île de Minorque, aux Baléares.

A proximité du village de Fornells, ils louent un terrain et se font construire une maison selon les plans de Hans. Malheureusement, le paradis de l’Espagne républicaine s’avère n’être pas tout à fait sans épines. Même s’ils bénéficient de la sympathie de la population du cru, ils sont quand même des étrangers, vivent à l’écart et  pratiquent une forme d’art que personne ne comprend. Tout cela semble suspect et se termine un beau jour par une convocation à la police – ils sont soupçonnés d’espionnage – et par un ordre d’expulsion. A force de démarches ils obtiennent le droit de rester dans leur maison, mais la surveillance constante dont ils sont l’objet leur porte sur les nerfs et, lorsque Blomqvist leur propose une nouvelle exposition à Oslo, ils acceptent avec soulagement. D’autant qu’ils ne reçoivent plus d’Allemagne que des sommes dérisoires, les nazis ayant promulgué des lois restrictives pour les Allemands de l’extérieur

1932MAISONMINORCA008 

La maison de Minorque, 1932

1932HHAEBCOMBINAISON02 - copie

Anna-Eva Bergman et Hans Hartung, Minorque, 1932

1934-1936

Dans les derniers jours de 1934, Anna-Eva et Hans partent pour la Norvège, quittant leur paradis minorquin qu’ils ne devaient jamais retrouver.

C’est un chemin de croix. A Oslo, l’exposition est annulée: leurs peintures sont retenues par la douane à Barcelone. Toutes leurs démarches auprès des autorités espagnoles restent vaines. Ils vont à Stockholm où ils ont aussi un projet d’exposition. Les peintures arrivent enfin à Oslo, mais trop tard : l’exposition de Stockholm est annulée elle aussi. Ils décident de se rendre à Berlin, où ils espèrent récupérer l’argent qui leur reste de l’héritage du Docteur Hartung. Hans part seul. Anna-Eva retourne à Oslo, où elle vend à un magazine ses deux premiers articles illustrés sur Minorque et Paris, et tente de publier un livre de cuisine qu’elle a écrit en Espagne. En vain. Elle rejoint Hans à Berlin le 7 février 1935, après quinze jours de séparation.

A Berlin, leur situation matérielle ne s’améliore pas. Début octobre, Anna-Eva est hospitalisée. Hans est interrogé par la Gestapo. Il fuit à Paris. Elle le rejoint en novembre, dans un atelier qu’il a trouvé rue Daguerre. Trois semaines plus tard, nouvelle hospitalisation à Berlin, où on lui enlève la vésicule biliaire. Ce n’est qu’en juin 1936, après une longue convalescence dans le Midi de la France, qu’elle retrouve Hans à Paris. L’été1936, séjour heureux avec Hans en Norvège, dans le Hardanger. Retour ensemble à Paris. Noël 1936 à Berlin, seule, pour une nouvelle hospitalisation. 

1934HARDANGERAEB05

Anna-Eva Bergman dans le Hardanger, 1934

1937-1938

14 avril 1937, lettre de rupture envoyée par Anna-Eva à Hans depuis San Remo.

Fin septembre 1937, nouvelle opération à Berlin, où le divorce est prononcé le 1er mars 1938.

De fin avril à l’automne 1938, Anna-Eva séjourne en Italie, puis est à nouveau hospitalisée à Oslo – où elle retrouve sa nationalité norvégienne le 23 décembre – puis séjourne à Paris… On perd un peu sa trace. Elle travaille désormais comme illustratrice et journaliste.

0384-14[1]

A Magasinet, supplément de Aftenposten, n° 2 du 15 janvier 1938,Oslo

1939-1942

A partir d’août 1939 à l’automne 1940, Anna-Eva et Bao habitent dans le Hardanger : Anna-Eva est malade, l’armée allemande occupe la Norvège. Fin 1940 elles s’installent à Oslo.

Anna-Eva Bergman vient d’achever la rédaction d’un livre de souvenirs, Certaines personnes sont comme ça, qui est une chronique de sa vie avec Hans Hartung, surtout à Minorque. Elle l’envoie à l’éditeur Cappelen qui accepte les illustrations mais fait réécrire le texte par un écrivain à la mode en Norvège. Le livre est publié en 1942 sous le titre de Turid i middelhavet (Avec Turid en Méditerranée) avec un réel succès.

Dès la sortie de son livre, Anna-Eva rencontre l’architecte octogénaire Christian Lange, avec qui elle se lie d’une profonde amitié.

TURID[1]

Turid i middelhavet, 1942

1944

Mariage avec Frithjof Lange, fils de l’architecte Christian Lange. 

1945

En mai, elle illustre un livre de son second mari, « Prisonnier 3685 à Grini : la victoire est à nous! ». On lui demande aussi d’illustrer d’autres livres, des revues et des journaux.

SV[1]

Seier’n er vår ! Grini-fange nr. 3685, 1945 

1947-1949

Recherches sur l’abstraction. 

aeb1949

Anna-Eva Bergman, Citadelløya, 1949

1950

Voyage en bateau le long de la côte norvégienne, visite des îles Lofoten, du Finnmark et des villes principales de la Norvège du Nord.

Première exposition personnelle de peintures abstraites, à la Galerie U.K.S. à Oslo. 

36       

Dagbladet, 5 octobre 1950, Oslo

1950AEBAVECCADRE001

Anna-Eva Bergman, 1950

1951

Elle commence à travailler à partir des impressions qu’elle a gardées de son séjour à Citadelløya et du paysage de roches de granit du comté de Vestfold. Les tableaux de la série Fragments d’une île en Norvège sont une transition capitale dans son travail.

Exposition au Norsk Nutidskunst à Stockholm.

10 AEB 1951

Anna-Eva Bergman, 1951

1952

Voyage en Allemagne. Retour à Paris.  

Le mariage avec Frithjof n’est pas une réussite. Christian Lange meurt à la fin de 1951. Anna-Eva et Hans désirent plus que tout se retrouver. Et, peut-être surtout, elle sait que son art ne pourra pas s’épanouir dans l’étroit contexte norvégien. Elle part pour Berlin le 21 janvier 1952, par le Danemark,  avec l’objectif de rencontrer des historiens de l’art et des artistes, et d’adresser des récits de voyage aux journaux norvégiens. Elle commence une sorte de journal de voyage qui est aussi un carnet de croquis.

« 22 janvier, Hambourg. Façades en ruines, derrière, des gens gris fatigués – malades. 23 janvier, Berlin Tempelhof. Berlin, île entourée par la mer soviétique. Voyage en voiture au milieu des ruines – des banlieues entières anéanties – ni les moyens ni les matériaux nécessaires à une reconstruction. Lankwitz, ruines et encore ruines – de temps à autre lumière provenant d’une cave. Une villa habitable réutilisée. De ma fenêtre je ne vois que ruines à l’entour. Qui habite derrière ces façades, au milieu de ces ruines? Comment ont-ils pu supporter ces pressions psychologiques et physiques? Comment peut-on travailler? » 

A Berlin-Lankwitz, elle rend d’abord visite à Will Grohmann. Il lui ouvre les ateliers des artistes les plus importants à travers toute l’Allemagne.
Le 19 mai dans Morgenbladet paraît son article Fragmenter av tysk kunst og kultur illustré d’un de ses dessins fait pendant son voyage.

Retrouvailles avec Hans Hartung à Paris.

Exposition au Kunstantiquariat Wasmuth à Berlin. 

34393-320[1] 

[Non titré], 1952, 17,80 x 21,40 cm, pastel et mine de plomb sur papier

MORG-1[1]

Morgenbladet, Oslo, 19 mai 1952

1953-1959 

Anna-Eva Bergman et Hans Hartung habitent un petit logement-atelier rue Cels

1957AEBATELIERCELS003       1957AEBATELIERCELS006

1957AEBATELIERCELS009

Anna-Eva Bergman dans son atelier rue Cels, 1951

1954

Le 29 avril Anna-Eva divorce de Frithjof Lange.

1955

Expositions personnelles à Paris à la Galerie Ariel et à la Galerie La Hune 

1957

Le 20 février Anna-Eva et Hans se remarient.

18 AEBHH Mariage 1958       

Anna-Eva Bergman et Hans Hartung, 1957

2590-2034

Anna-Eva Bergman, 1957

1958

Première exposition à la Galerie de France à Paris.

Exposition à la Galerie Van de Loo, Munich.

PGFP58[1]       PGFP58-2[1]

PGFP58-4[1]

Exposition de la Galerie de France, Paris, 1958

1959

Le couple emménage dans une maison-atelier rue Gauguet, près du Parc Montsouris.

Exposition à la Galerie Lucien Blanc, Aix-En-Provence.

1959RUE GAUGUET001       UT3151962

Anna-Eva Bergman et Hans Hartung rue Gauguet, 1962

1961

Expositions à la Galerie KB, Oslo et à la Galerie Tony Spinazzola, Aix-En-Provence

1962AEBTRAVAILGAUGUET015       1962AEBTRAVAILGAUGUET021

Anna-Eva Bergman dans son atelier rue Gauguet 1962

1962

Exposition à la Galerie de France, Paris.

1962EXPOAEBPARIS01

Exposition de la Galerie de France, Paris, 1962

1964

Voyage en bateau avec Hans le long de la côte norvégienne jusqu’à la frontière soviétique, au-delà du Cap Nord. 

Cap Nord Rollei 16 N°3-7 1964       

Cap Nord, 1964

finnmark

Finnmark, 1964

1966

Rétrospective au Kunstnernes Hus, Oslo et au Bergens Kunstforening, Bergen.

PBKB66[1]

Catalogue de l’exposition de Oslo et Bergen, 1966

1967

Rétrospective au Museo Civico, Turin.

Exposition à la Galerie Aronowitsch, Stokholm.

1968-1969

Exposition à la Galerie de France, Paris.

1969

Elle représente la Norvège à la Biennale de São Paulo.

PBSP69[1]        PBSP69[2]

Exposition à la Biennale de São Paulo, 1969

1972

Exposition au Bergens Kunstforening, Bergen 

1973

Elle s’installe avec Hans Hartung dans leur propriété Le Champ des Oliviers à Antibes.

Sans titre1 Sans titre2 Sans titre3

Le Champ des Oliviers à Antibes

1974

Publication de L’Or de vivre, recueil de sept poèmes de Jean Proal illustré de onze gravures sur bois d’Anna-Eva Bergman. Publié par Erker, Saint-Gall (Suisse).

Exposition à la Galerie Noella Gest, Saint Rémy de Provence.

3519-1[1]3519-34[1]3519-2[1] 3519-3[1]3519-4[2]3519-5[1] 3519-6[1]3519-7[1]3519-8[1] 3519-9[1] 3519-10[2] 3519-11[1]

Gravures sur bois de l’Or de vivre, 1974

1975

Exposition au Centro Annunciata, Milan.

2AEB1975       2590-1428

Anna-Eva Bergman dans son atelier à Antibes, 1975

1976

Exposition à la Galerie Sapone, Nice.

aeb Erker 

Anna-Eva Bergman chez Erker, Saint-Gall, 1976

1977

Exposition à la Galerie de France, Paris.

Exposition au Musée de l’Abbaye de Sainte-Croix, les Sables d’Olonne.

1977-1978

Rétrospective au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris.

PMAMP77[2]

Exposition au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, 1977/1978

1978

Exposition à la Galerie Fritz-Winter-Haus, Ahlen.

1979

Rétrospective à la Fondation Henie-Onstad, Hövikodden.

Exposition au Helsingfors Stads Konstsamlingar, Helsink.

1980

Publication de  Zwei Erzählungen, texte de Halldor Laxness illustré de neuf gravures sur bois d’Anna-Eva Bergman, publié par Erker, Saint-Gall.

3520-527[2]

page du livre Zwei Erzählungen, 1980

1981

Expositions à la Kunsthalle de Düsseldorf et à la Staatsgalerie Moderner Kunst de Munich.

1983

Exposition à la Galerie Sapone, Nice.

1984

Anna-Eva devient membre titulaire de l’Académie des Sciences, des Arts et des Lettres.

Exposition à la Galerie MB Art, Stuggart.

1986

Exposition au Musée Picasso, Antibes.

1987

Exposition à la Hochschule für Angewandte Kunst, Vienne.

Anna-Eva Bergman meurt le vendredi 24 juillet à Grasse.

PGHV87[1]

Catalogue de l’exposition à la Hochschule für Angewandte Kunst, Vienne, 1987